fbpx

Vous me pardonnerez ce titre volontairement accrocheur mais la première personne à dire que vous êtes nul(e)…. c’est vous !

Dans cet article je tenais à vous parler des 3 raisons pour lesquelles je pense que vous ne progressez pas et que vous ne risquez pas de progresser malgré toute la volonté du monde.

I AM THE BEST IN IN THE WORLD AT ANYTHING THAT I DO Poster ...

La première raison pour laquelle vous êtes nul(e) en anglais : Vous même

Êtes vous comme la plupart de mes élèves a répéter à longueur de journée

« je suis nul(e) en anglais »,

« j’ai fait de l’anglais pendant 10 ans mais j’ai un niveau faible »,

« je ne progresse pas »,

« de toute façon les Français sont nuls en langue » ?

Si vous vous reconnaissez dans ces phrases, vous êtes très certainement le seul et unique responsable de votre niveau d’anglais stagnant.

Connaissez vous la méthode coué ? Le fait de se répéter « je suis le meilleur » ou « je vais y arriver », vous aidera à avoir un mental de vainqueur et à réussir vos projets.

Pensez une seconde à un enfant à qui on dirait ces phrases « tu es mauvais », « tu n’y arriveras pas », « tu parles anglais comme une vache espagnol », « tu as un mauvais accent », etc. Pensez vous qu’il réussira à progresser ? Va-t-il seulement essayer ? Il y a peu de chance que cela lui fasse aimer les langues, ni ne lui donne envie de s’y mettre.

La première façon de progresser dans n’importe quel domaine de votre vie et particulièrement dans l’apprentissage des langues étrangères et d’y croire vous même, de vous persuader que vous pouvez y arriver.

Dans un premier temps, arrêtez de vous bourrer le cerveau d’affirmations négatives (exit les « je suis mauvais », « les Français sont nuls »), essayez plutôt « l’anglais est parlé partout dans le monde », « l’anglais permet de voyager », « c’est une super opportunité pour le travail », etc.

Ma première mission pour vous et de couper court à toutes ces phrases qui vous force à rester mauvais.

J’ai moi même fait une expérience intéressante, qui confirme mon idée que votre cerveau et vos pensées peuvent affecter positivement comme négativement votre apprentissage des langues.

J’apprends l’allemand (en dilettante 😉 depuis quelques années, quand on me demande si je parle allemand je réponds invariablement « ich spreche ein bisschen deutsch », « j’ai appris l’allemand 1 ans à la fac mais la grammaire est très dur », « Deutsch ist nicht einfach ». Je m’auto persuade que c’est dur, je programme ainsi mon propre échec.

A l’inverse, j’ai appris le chinois pendant 3 mois, sans aucune arrière pensée, juste parce que cela m’amusait et j’ai l’impression d’en savoir plus en chinois en 3 mois qu’en allemand après plusieurs années d’apprentissage.

Si vous  n’avez jamais entendu parlé de l’effet pygmalion et Golem, jettez un oeil ICI, c’est troublant. En voici un rapide résumé :

 » L’effet Pygmalion (ou effet Rosenthal & Jacobson) est une prophétie autoréalisatrice qui provoque une amélioration des performances d’un sujet, en fonction du degré de croyance en sa réussite venant d’une autorité ou de son environnement. Le simple fait de croire en la réussite de quelqu’un améliore ainsi ses probabilités de succès.

L’effet Pygmalion est principalement étudié dans le cadre des effets positifs. L’effet inverse est appelé effet Golem : il se traduit par une performance moindre et des objectifs moins élevés sous l’effet d’un potentiel jugé limité par une autorité (parent, professeur…) «  source wikipedia.

Faites donc bien attention à ce que disent vos proches, collègues et entourage par rapport à votre niveau de langue, mais attention également à vos propres pensées négatives…

 

La deuxième raison pour laquelle vous êtes nul(e) en anglais : l’envie d’être parfait

Most popular tags for this image include: quote and text ...

Beaucoup de mes élèves s’excuse chaque fois qu’ils font une faute. Le système éducatif français réprime les erreurs et vous encourage souvent à ne pas parler plutôt que de prendre le risque de se tromper.

Si vous vous empêchez de parler par peur de commettre une erreur ou si tout simplement vous attendez d’être parfait pour vous y mettre, vous n’y arriverez jamais.

« Practice makes perfect  » 

littéralement : la pratique rend parfait (=c’est en forgeant qu’on devient forgeron).

Flashcards! Practice Makes Perfect (Infographic ...

Lancez vous, pratiquez l’anglais sans quoi vous resterez coincé au niveau que vous avez à l’heure actuelle. Arrêtez les

« il faut que je revois les bases »,

il me manque du vocabulaire »

« mon accent est pourri »

Faire des fautes est normal et fait parti du processus. Personne ne se moquera de vous ou de votre accent si vous essayez, si c’est le cas, fuyez. Cette personne n’en vaut pas le coup… Vous êtes vous déjà moqué d’un anglais qui baragouine quelques mots de français ? Je suppose que non, la plupart d’entre nous trouve leur accent charmant et on a plutôt envie de les aider que de leur jeter la pierre.

Pensez aux enfants qui apprennent leur langue maternelle : « il faut que je fais ça », à chaque erreur quelqu’un les corrigera et c’est ainsi qu’ils progresseront.

La grande majorité de mes élèves s’arrêtent une ou deux secondes avant de dire n’importe quel verbe en anglais. Je vois bien leur gymnastique mentale « je suis allé. attends c’est du prétérit, du present perfect, ***** je sais plus… je suis => I am, aller => to go. I am go ?? ». Par peur d’utiliser le mauvais temps, nombreux sont ceux qui ont un discours haché, robotique. Parfois la peur de commettre une erreur les empêche tout simplement de parler.

J’ai rencontré une Polynésienne qui parlait sans conjuguer les verbes : « yesterday I go shopping but tomorrow I go again because I forget something ». Je la comprenais parfaitement.

Souvenez vous que ce qui compte vraiment lorsque l’on parle une langue étrangère est de transmettre un message et de vous faire comprendre. C’est rarement la grammaire qui vous empêche d’être compris, misez plutôt sur une bonne prononciation. La plupart du temps, vous allez essayez de vous souvenir de la règle de grammaire et vous finirez par utiliser le mauvais verbe ou la mauvaise préposition quand même…

La grammaire est importante mais si votre niveau es débutant ou intermédiaire, je pense que ça ne doit pas être votre priorité.

La priorité absolue est COMMUNIQUER.

Essayez, trompez vous, progressez, recommencez.

La troisième raison pour laquelle vous êtes nul(e) en anglais : traduire dans sa tête

 

Et oui, tout le monde ou presque le fait et sait bien qu’il ne faut pas le faire… Pensez en français dans votre tête avant de traduire vers l’anglais est non seulement très long, contre productif mais vous empêchera également de progresser…

J’ai toujours pensé que le fait d’être débutant était une bonne excuse, mais je me suis rendue compte que non. Reprenons mon exemple avec l’apprentissage du chinois et de l’allemand, mon niveau en chinois est A1 et en allemand environ A2/B1.

Lorsque je parle chinois, je répète des phrases apprises telles quelles et j’essaie de créer mes propres phrases à partir du vocabulaire et de la grammaire que j’ai appris. Je ne pense jamais en français d’abord bien que mon niveau en chinois soit très faible.

En chinois, « bonjour » se dit (une des nombreuses façons) : « ni hao » (littéralement ‘toi bien’). Pour dire son âge on dit simplement « je 30 ans », etc. Chaque langue est unique et le fait de passer par votre langue maternelle peut vous sembler rassurant mais en faisant ainsi vous sabotez vos chances de progresser autant qu’en vous disant que vous êtes extrêmement mauvais…

Prenons maintenant l’allemand, l’âge se dit « ich bin 30 Jahre alt (=littéralement : je suis …) comme en anglais « I am 30 years old ». Si à chaque fois que vous voulez dire votre âge vous pensez d’abord « j’ai 30 ans » et que vous traduisez ensuite en anglais « I have 30 years », vous ferez une faute à chaque fois.

Chaque fois que vous raconterez ce que vous avez fait la veille ou le weekend précédent vous pensez d’abord « je suis allée au cinéma  » , vous bloquerez sur ce passé composé qui se traduit par un prétérit ( » I went to the cinema ») car vous traduirez surement quelque chose comme « I be gone at the cinema ». Ou encore vous traduirez :  » j’ai mangé chez des amis »  par  » I have eat chez ????? some friends » alors que la vraie traduction serait  » I had dinner at friends’ « .

La méthode pour s’en sortir est d’apprendre des phrases toute faite comme  » I have been working here for + durée » ( = ça fait … que je travaille ici) ou  » I went to  » (=je suis allée à ..) ou encore « I need / I have to … » (=il faut que je … / je dois…)

Il est généralement dur et mauvais de traduire mot à mot d’une langue à l’autre. Essayez de perdre petit à petit cette habitude. Une étude a prouvé que l’on perdait l’habitude après 2 mois à pratiquer une langue étrangère de façon régulière.

A vous de jouer…

Cet article vous a plu ? Pensez à partagez et à me donner votre avis dans les commentaires !


2 commentaires

AnnMuriel Mader-Dupertuis · 11 mai 2019 à 21 h 29 min

Merci de me rassurer! J’essaie d’apprendre l’anglais depuis l’âge de 20 ans…. j’en ai 74 et je ne comprends toujours pas quand on me parle, je ne comprends pas les paroles des chansons, les films…. Alors, en vous lisant, je me dis qu’en tout cas, je ne suis pas la seule !!!! Merciiiii pour ce que vous nous offrez. Je suis ravie de cheminer un moment avec vous! Warmely ! AM M-D.

    Lea-english · 12 mai 2019 à 15 h 28 min

    Bonjour,
    Tout d’abord merci pour votre commentaire ! Je comprends tout à fait le découragement et la frustration que vous pouvez ressentir. Permettez moi de vous donner trois pistes d’amélioration.
    1° « Si vous faites ce que vous avez toujours fait, vous obtiendrez ce que vous avez toujours obtenu », j’adore cette citation (mais je ne sais plus de qui elle est). Si vous apprenez l’anglais depuis vos 20 ans et que vous appliquez toujours plus ou moins la même méthode, il est peut être temps d’en essayer une autre…?
    2° J’apprends l’allemand depuis quelques années (avec plus ou moins d’assiduité) et mon niveau stagne clairement. Chaque fois que je décide de m’y remettre, je cherche des sites, des séries, de la musique à droite à gauche mais je ne suis aucun processus structuré. Je passe des heures à chercher du contenu plus qu’à vraiment l’utiliser. Une méthode efficace pour mettre à coup de boost à votre apprentissage est de trouver un guide, une méthode, une formation, un prof, etc. quelque chose qui vous guidera et que vous suivrez jour après jour sans (trop) vous poser de question. L’idée est de maximiser votre apprentissage en suivant un programme qui a été crée pour vous et de supprimer les temps ‘morts’ (recherche de matériel pédagogique) qui peuvent être très chronophage.
    3°Ma 3e idée pour vous et de programmer un voyage, une rencontre avec des étrangers ou des partenaires linguistiques pour vous forcer à utiliser l’anglais. Si vous passez votre temps à apprendre sans retenir, vous serez vite découragé. A l’inverse, parler vous aidera beaucoup à mémoriser le vocabulaire appris et vous forcera à sortir de votre zone de confort. Vous serez obligé de chercher du vocabulaire (apporter votre dictionnaire) et les mots cherchés pendant ce voyage/conversations sera beaucoup plus facile à retenir que des mots issus d’une liste de vocabulaire apprise à la maison devant la cheminée.

    En espérant vous avoir aidé avec ces quelques conseils.
    Au plaisir,
    Léa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *