Comprendre l’anglais à l’Oral : mes astuces pour progresser

 

Marre de ne pas comprendre l’anglais à l’oral ? Comme je vous comprends ! Si on apprend la langue de Shakespeare, c’est souvent pour discuter avec des anglophones, voyager à l’étranger ou profiter des nombreuses séries américaines et conférences d’experts du monde entier. Améliorer sa compréhension orale de l’anglais est donc essentiel… Dans cet article, je vous dévoile toutes mes astuces pour progresser rapidement, et mes ressources pour vous entrainer sur le long terme à déchiffrer les paroles des anglophonesLet’s go !

3 raisons méconnues qui vous empêchent de comprendre l’anglais à l’oral

Avant de se plonger dans mes astuces de compréhension orale de l’anglais, voyons pourquoi vous n’arrivez pas à déchiffrer cette belle langue.

1. Des sons très différents entre l’anglais et le français

La langue anglaise comporte 45 sons différents, alors que le français n’en contient que 30. Non seulement l’anglais a des sonorités différentes du français, mais également une gamme plus large !

Pour les natifs de langues latines (français, espagnol, italien, etc.), il est plus difficile de maîtriser :

  • les sons inexistants dans notre langue. Par exemple, les différentes prononciations de /th/ (de « thank you » et « that ») ;
  • les lettres qui se prononcent différemment de notre langue, comme le /r/ de « better » ou «very ».
Mais gardez le moral, ce n’est pas impossible non plus ! Restez connectés pour découvrir tous mes conseils.

2. Une méconnaissance de la prononciation des mots anglais 

Si vous avez du mal à comprendre l’anglais à l’oral, c’est peut-être que vous prononcez mal certains mots, et ne pouvez donc pas les reconnaître quand vous les entendez.

Contrairement à certaines langues (comme l’espagnol, l’italien, le norvégien, etc.), il n’existe que peu de règles de prononciation en anglais.

  • En espagnol, ces lois immuables permettent de savoir comment prononcer n’importe quel mot. Par exemple : le « s » sera toujours prononcé à la fin d’un mot « los gatos » (les chats).
  • À l’inverse, en anglais, lire un mot ne vous indique donc pas comment il se prononce. 

Quand vous apprenez du nouveau vocabulaire, il faut donc retenir l’orthographe du mot ET sa prononciation. Vous ne pourrez pas la deviner simplement en lisant le mot.

La prononciation d’un mot est primordiale si vous voulez être compris, mais également si vous voulez comprendre votre interlocuteur.

  • Si, comme une majorité de Français, vous prononcez le mot « power » comme il s’écrit, c’est-à-dire /powerrr/, et non /pa-ou-e/… Alors, personne ne vous comprendra (sauf les non-natifs, qui font la même faute que vous !).
  • À l’inverse, si vous entendez « what ice cream flèïve do you want ? » vous reconnaîtrez le mot « flavour » (parfum/saveur) seulement si vous savez le prononcer correctement. 

En résumé ? Il est indispensable de retenir la prononciation d’un mot pour ensuite le reconnaître dans un discours, donc améliorer sa compréhension orale de l’anglais.

 3. La négligence de l’accent tonique dans votre apprentissage de l’anglais oral

L’anglais n’a pas la même accentuation que le français : certains mots sont plus marqués que d’autres. On met l’accent sur ces derniers en les prononçant plus fort et plus lentement. Ne pas avoir conscience de cette particularité peut gêner votre compréhension orale. 

  • Quand un natif anglais vous parle, vous repérez peut-être une emphase sur certains mots. C’est parce qu’au sein d’une phrase, les mots importants sont accentués (adjectifs, pronoms, verbes, noms) ; mais pas les autres (prépositions, articles, etc.).
  • Le français est différent : tous les mots d’une phrase sont accentués de la même manière. On les entend donc plus distinctement. On peut choisir d’accentuer un mot dans la phrase pour en montrer l’importance : « j’étais VRAIMENT en retard l’autre jour, je suis arrivée avec UNE HEURE de retard en cours… ».

Vous verrez dans la suite de l’article que vous pouvez vous servir de cette accentuation pour mieux comprendre l’anglais oral ! 

Améliorer sa compréhension orale de l’anglais : 5 astuces immédiates

1. Servez-vous du langage non verbal pour mieux comprendre votre interlocuteur

Si vous comprenez mal l’anglais oral, évitez d’écouter des podcasts. L’image vous sera d’une grande aide pour déchiffrer votre interlocuteur. Le langage non verbal, ou corporel, est essentiel dans un échange !

  • Regardez les expressions de son visage pour saisir son état émotionnel.
  • Observez le mouvement de ses mains pour repérer les passages les plus importants de son discours, ou interpréter des mouvements explicites (s’il désigne un objet, mime une action, etc.).
  • Soyez attentif au contexte : où se trouve votre interlocuteur ? Que faisait-il ? Cela vous aidera à saisir son propos. 

Ces indices vous serviront pour comprendre l’anglais oral dans des séries, des films, des vidéos et même des échanges en direct.

2. Portez votre attention sur les mots anglais accentués pour saisir le sens général de la phrase

Nous l’avons vu dans les erreurs fréquentes : les anglophones accentuent certains mots dans une phrase. Servez-vous-en comme un précieux indice !

Lorsqu’un mot est prononcé avec insistance, il est généralement essentiel à la compréhension orale de la phrase. Ne stressez pas si vous ne saisissez pas ce mot en particulier… Mais dès que vous arrivez à déchiffrer un mot accentué, sautez sur l’occasion !

  • En anglais, les mots accentués sont des éléments clés de la phrase. Ils apportent généralement une information importante, et permettent la compréhension générale.
  • Les autres mots de la phrase sont présents pour la structurer. Vous n’avez pas besoin de les déchiffrer individuellement pour comprendre les propos.  

3. Acceptez de ne pas tout comprendre… Et comblez les trous

Vous êtes en cours d’apprentissage de l’anglais ? Vous ne connaissez pas tout le vocabulaire, et c’est bien normal ! Parfois, même en connaissant un mot ou un verbe, vous ne le comprenez pas à l’oral. Pourquoi ? À cause de la rapidité d’élocution ou une prononciation que vous ne maîtrisez pas. 

Bref : dans un dialogue ou une vidéo, vous ne pouvez pas comprendre tout l’anglais. C’est normal, et ce n’est pas grave ! 

Pour améliorer votre compréhension orale de l’anglais rapidement, concentrez-vous sur les mots que vous entendez. Ensuite, essayez de deviner le sens de la phrase grâce au contexte. Par exemple, si vous rencontrez un touriste et qu’il vous demande « …speak… English ? » vous comprendrez facilement qu’il vous demande si vous parlez anglais, même si vous n’avez pas compris tous les mots de la phrase.

  • Identifiez les mots accentués ou compréhensibles pour vous.
  • Le contexte vous aidera à combler les trous.

4. Informez votre interlocuteur de votre niveau d’anglais et posez des questions

Cela peut sembler naïf, pourtant c’est indispensable pour comprendre les anglophones en face de vous. Lors d’un dialogue, osez exprimer vos difficultés de compréhension orale. Votre interlocuteur s’adaptera avec plaisir !

  • Informez votre interlocuteur de votre niveau en compréhension orale de l’anglais. Demandez-lui gentiment de parler lentement et d’utiliser des mots simples.
  • Au cours de la conversation, n’hésitez pas à poser des questions, demander des précisions ou même reformuler des phrases pour vérifier que vous avez bien compris. 

5. Adaptez vos supports d’entrainement à votre niveau pour améliorer votre compréhension orale de l’anglais 

Vous essayez de progresser dans votre compréhension orale de l’anglais ? Choisissez des supports d’entrainement de l’écoute de l’anglais adaptés à votre niveau. Pour que cela soit bénéfique, il faut que vous compreniez au moins 80 % du contenu !

  • Entrainez-vous sur des vidéos plutôt que des podcasts.
  • Diminuez la vitesse des vidéos (icône en bas à droite de la vidéo YouTube). 
  • Choisissez des contenus parlant de la vie de tous les jours, pour reconnaître plus facilement le vocabulaire et le contexte.
  • Optez pour des anglophones à l’accent peu marqué : évitez les orateurs Écossais ou Texans pour débuter !
  • Pensez à activer les sous-titres en anglais. Cela vous permettra de corriger la prononciation des mots que vous savez écrire, mais ne savez pas prononcer. Par exemple, si vous lisez le mot « comfortable », vous le reconnaîtrez probablement. Mais, sans sous-titre, vous n’auriez peut être pas reconnu la prononciation orale de /conftable/.
  • Si vous êtes grand débutant, familiarisez-vous avec la prononciation de l’anglais en activant les sous-titres français. Cependant, laissez-les rapidement pour préférer les transcriptions en anglais. En effet, les sous-titres en français risquent de vous perturber : vous aurez tendance à lire sans écouter. 

S’entrainer pour progresser dans la compréhension orale de l’anglais : 3 méthodes de révision

1. La magie de l’alphabet phonétique pour apprendre un mot et sa prononciation orale

Connaître la prononciation d’un mot

Nous l’avons vu : on ne peut pas lire un mot anglais et deviner sa prononciation. Alors, comment connaître la prononciation d’un mot ? Deux manières. 

  • L’entendre (et noter ou répéter pour mémoriser la prononciation).
  • Étudier l’alphabet phonétique. Certains guides de conversation de voyage utilisent un alphabet phonétique simplifié, c’est une alternative intéressante si vous avez peu de temps. C’est le cas notamment de la collection Assimil.

Pour entendre un mot ou une phrase à l’oral, vous pouvez utiliser :

  • ce dictionnaire en ligne : Word Reference. En plus du mot écrit en phonétique, vous pourrez l’écouter en cliquant sur le symbole haut-parleur à droite du mot ;
  • Google Translate, avec l’icône haut-parleur. Attention toutefois : cet outil vous donne la prononciation et l’accentuation d’un mot isolé, mais pas d’une phrase entière.

Retenir la prononciation d’un mot, pour le comprendre dans un échange oral

Il vous faudra ensuite retenir la prononciation d’un mot, pour le reconnaître à l’oral. Pour ça, je vous recommande de noter systématiquement la prononciation dans votre carnet de vocabulaire. Aucun mot ne doit s’y trouver sans son équivalent oral !

Utilisez un alphabet phonétique simplifié, même de votre propre invention, pour vous y retrouver.

Vous pouvez également utiliser la technique suivante… 

2. Utilisez la technique du shadowing pour mieux comprendre l’anglais oral

Pour vous habituer au rythme et à l’accentuation de la langue anglaise, il vous faudra imiter ce que vous entendez. Vous pouvez utiliser la technique du shadowing.

  • Écoutez un passage d’un podcast ou regardez une vidéo.
  • Appuyez sur pause et répétez la phrase, plusieurs fois si nécessaire. Imitez avec précision la prononciation, le rythme, les intonations, etc. 

En faisant cela, vous améliorerez votre prononciation, donc votre compréhension orale de l’anglais. Eh oui ! Si vous savez comment se prononce un mot ou une phrase, vous saurez le reconnaître chez vos interlocuteurs. 

Quel contenu oral imiter ? Place au conseil suivant ! 

3. Utiliser du contenu gratuit et illimité pour améliorer sa compréhension orale de l’anglais

C’est bien connu : consommer un maximum de contenu anglais est indispensable pour progresser, à l’oral comme à l’écrit.

Écoutez le plus de contenu possible, pour être exposé à de l’anglais (radio, podcasts, videos, films, etc.). Votre prononciation, votre accentuation et votre accent s’amélioreront… Ainsi que votre compréhension orale. Cela vous aidera à être mieux compris, mais également à mieux déchiffrer vos interlocuteurs.

J’ai consacré un article entier aux ressources pour travailler sa compréhension orale de l’anglais. Je ne vais donc pas m’étendre ici… Mais tout de même rappeler quelques conseils essentiels ! 

Bonus : contentez-vous d’une ou deux sources pour progresser rapidement en anglais oral

Il y a tellement de contenu sur Internet qu’on a tendance à s’y perdre ! Mon dernier conseil pour améliorer sa compréhension orale de l’anglais : choisissez seulement une ou deux sources, et soyez régulier. 

  • Sélectionnez une chaîne YouTube et un audiobook qui vous plaisent par exemple ; ou une série et un podcast. Ne vous dispersez pas à écouter un podcast ici, à visionner 3 ou 4 vidéos par là, en alternant avec des articles de presse lus. Cela vous évitera de perdre du temps à chercher du contenu.
  • Pour tenir dans la durée et être efficace, je vous recommande d’écouter un tout petit peu d’anglais à la fois, mais souvent. N’essayez pas de regarder tous les épisodes d’une série en une semaine, soyez raisonnable et régulier. 

Il est très bien de varier les contenus, mais je pense qu’il est préférable de se concentrer sur un ou deux ressources pendant une période assez longue, et ensuite changer pour une autre. Ainsi, vous vous habituerez aux accents et améliorerez votre compréhension orale de l’anglais. 

 

Vous savez maintenant comment réviser pour mieux comprendre l’anglais oral ! Commencez par appliquer les astuces immédiates pour déchiffrer votre interlocuteur. Petit à petit, ajoutez à votre routine de révision un peu de shadowing et d’entrainement pour votre prononciation. Pour aller plus loin, découvrez des applications gratuites pour travailler votre compréhension orale (et profitez-en pour vous abonner à ma chaîne YouTube !).

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Léa English

Mes réseaux sociaux

Mon test de langue offert

Version pdf à télécharger

En téléchargeant mon programme, vous serez inscrits à ma Newsletter dont vous pourrez vous désinscrire à tout moment.